10 Déc 2018

Question au coach

Comment choisir un coach ?

La formation du coach professionnel

En bref :

La profession de coach ne s’improvise pas. Elle requiert le développement et l’actualisation de compétences spécifiques dispensées dans le cadre des formations reconnues.
La fiabilité des compétences du coach professionnel peuvent être garanties par sa formation, sa déontologie et son expérience.

Lever la confusion

Le coaching étant dans l’air du temps, beaucoup de personnes s’approprient le titre de « coach ».
C’est ainsi que tel ou tel coach en ceci ou en cela offrent des conseils ou proposent des solutions. Cela n’est pas du coaching, c’est du conseil, de la consultance ou de la formation. Chacun de ces métiers bien qu’ayant certains points communs est très différent.

Sur le titre de « coach »

Le titre de « coach » n’étant pas protégé, des personnes pratiquent le coaching sans avoir suivi de formation. Cependant, cette profession ne s’improvise pas. Elle requiert le développement et l’actualisation de compétences spécifiques dispensées dans le cadre des formations reconnues.
Une demande de renseignements et de clarification à propos de la formation et/ou de la certification du coach permet cette distinction.

Quels sont les diplômes de coaching reconnus ?

Les écoles de coaching accréditées par les grandes fédérations de coaching délivrent une certification après le passage de diverses épreuves et la démonstration des compétences de références et d’une pratique de coach conforme à la déontologie.

Pour les grandes fédérations de coaching telles que ICF, EMCC et SF Coach en France, la validité de leur certification repose au niveau européen sur la Charte des Métiers Auto-Régulés par les organisations professionnelles et le cadre des Accords de Bologne et liée à une charte de déontologie commune.

Le titre de « Coach Professionnel » répond à des critères précis et ne devrait être utilisé que pour les coachs :

  • ayant suivi une formation spécifique au coaching,
  • étant certifié d’une école certifiée ou d’une université,
  • est supervisé,
  • est en formation continue
  • est rattaché à un code de déontologie.

Il existe aussi des formations délivrant un certificat universitaire. Elles sont organisées par certaines universités. Dans ce cas, que ce soit la formation de coach professionnel ou celle de coach de vie, elles sont sanctionnées par un TFF (Travail de Fin de Formation).

 

Fiabilité d’un coach professionnel

La fiabilité des compétences du coach professionnel peut être garantie par sa formation et son expérience. S’il possède une certification reconnue, par l’une des grandes fédérations de coaching, ses compétences sont d’autant plus garanties qu’elles relèvent d’une éthique et d’une déontologie professionnelles (voir article à venir).

Pour être coach, plusieurs aptitudes de base sont indispensables : avoir de l’empathie, de la bienveillance, de la présence, un don pour l’écoute active, une capacité de remise en question personnelle, la confiance dans le potentiel du client et le respect de son identité.

Les 11 compétences du coach identifiées par l’ICF sont souvent reprises comme références pour le fondement de la pratique du coach et servent de mesure pour la certification des coachs certifiés ICF.

Le non-respect des règles de déontologie ou du cadre du coaching par un coach membre d’une des grandes fédérations de coaching peut faire l’objet d’un recours auprès de la fédération. La coach peut dans ce cas être recadré ou dans les cas graves, radié des membres de la fédération.

Le cas particulier des « étudiants coachs professionnels »

Comme dans toute profession, vient le moment de débuter.

Après avoir reçu les cours spécifiques au coaching nécessaire  et après avoir débuté une pratique de coaching entre pairs initiale, les  « étudiants coachs professionnels »  sont autorisés par les écoles à pratiquer le coaching avec des clients. Ces coachs en cours de certification s’engagent à respecter le cadre de déontologie, à poursuivre une formation continue pour parfaire leur pratique tout en étant suivis en supervision par des coachs professionnels certifiés et accrédités pour leur supervision.

Si la pratique de ces coachs débutants peut s’avérer moins affirmée ou puissante que celle de coach certifiés confirmés, leur maîtrise initiale du coaching est néanmoins suffisante pour vous permettre de progresser et d’avancer vers vos objectifs.
La majorité de ces « jeunes coachs » sont déjà des professionnels venant d’un autre métier. Ils ont en plus réalisé un parcours de développement personnel conséquent pour mener cette transition personnelle et professionnelle. Ils sont donc déjà en mesure d’apporter leur professionnalisme dans le cadre du coaching pour mieux vous accompagner.

Les prix affichés par ces « jeunes coachs » sont aussi en rapport avec leur niveau de pratique. Cette compensation peut être dans certains cas un avantage. Elle peut vous permettre d’avancer sur un questionnement précis à un coût moindre tout en conservant le cadre de la déontologie et d’une pratique balisée.

La responsabilité personnelle du client

Le coach professionnel met ses compétences, ses moyens et son expérience à la disposition du client pour lui faciliter l’atteinte de son objectif. Il relève de la responsabilité du client de tout mettre en œuvre pour réaliser son plan d’action.
Le choix d’un coach est une démarche personnelle (voir article précédent). Les facteurs de choix vous sont donc propres.
Le fait de vous orienter vers un coach certifié ou en cours de certification et membre d’une fédération de coaching reconnu vous assure de l’engagement du professionnel et du cadre qu’il a choisi pour sa pratique.

PS : Les questions de cette série « Questions au coach » sont issues d’un sondage réalisé par le collectif « Le Temps du Coaching ». Les réponses du collectif – dont je fais partie – peuvent être trouvées dans le livre blanc collaboratif « Le Temps du Coaching » à la page https://icw-admin.weebly.com/notre-e-book.html.
Les réponses aux questions ont été revisitées par votre serviteur dans un but d’approfondissement des réponses et sont donc un avis unilatéral. Ils ne reflètent en rien ni n’engage de quelconque façon les membres du collectif.

Post a comment